topblog Ivoire blogs

15/01/2012

Nageurs, les ivoiriens voient votre dos !

Sarkozy-et-son-copain-Ouat-300x176.jpg

Le continent africain a connu, certes des taux d’analphabétisme jamais égalés. Certains individus mal intentionnés, passés maîtres dans l’art de la démagogie, ont cru opportun d’exploiter cette situation à leurs fins égoïstes. Mais ça, c’était il y a longtemps. Aux temps des ‘’soleils des indépendances’’ ou des ‘’indépendances tcha tcha tcha’’. Nous sommes aujourd’hui à l’ère des NTIC. Et les africains sont maintenant assez mâtures. Les discours grandiloquents, les actions d’éclats et les petits complots malsains ne suffisent plus pour berner le peuple. En Côte d’Ivoire, il se trouvera toujours des hommes et des femmes lucides pour éluder les machinations honteuses des comploteurs alliés aux prédateurs occidentaux. Les tenants actuels du pouvoir continuent de l’apprendre à leurs dépends. Ils ont voulu nager à notre insu. Manque de pot pour eux, leur dos a été vu et les ivoiriens dans leur ensemble en ont été alertés.

Lire la suite

12/01/2012

Côte d’Ivoire, encore une autre victime de la traque aux pro-Gbagbo

 

Bohoun Bouabré 2.jpg

Bohoun Bouabré est décédé. La nouvelle de son décès vient une fois encore raviver les douleurs de nos cœurs déjà et tant meurtris. La Côte d’Ivoire continue de pleurer ses fils. Hier, Emile Boga Doudou, Désiré Tagro…, aujourd’hui Paul-Antoine Bohoun Bouabré.

Cause du décès : une grave insuffisance rénale qui a fini par l’emporter, faute de moyens financiers. Contexte du décès: forcé à l’exil du fait de la crise post-électorale qui a vu la prise du pouvoir par Alassane Ouattara, soutenu par les forces franco-onusiennes. Après, il s’en est suivie une vaste campagne de traque aux pro-Gbagbo et son corolaire d’exécutions sommaires, d’arrestations arbitraires, d’emprisonnements massifs, de mandats d’arrêts intempestifs, de gels iniques d’avoirs et de têtes mises à prix par le régime Ouattara.

Pourtant, Bohoun Bouabré avait sollicité, en son temps, auprès de l’Etat ivoirien, à travers des émissaires le dégel de ses avoirs pour pouvoir se faire traiter. Sinon, une prise en charge médicale par l’Etat ivoirien dirigé par Alassane Ouattara. Réponse : Niet ! Niet ! Niet !, « qu’il crève !», a semblé dire Alassane Ouattara aux émissaires de Bohoun Bouabré.

Lire la suite

09/01/2012

Alassane Ouattara, ce tronc d’arbre qui ne deviendra jamais caïman

alassane-ouattara2-300x190.jpg

Dans la matinée du jeudi cinq janvier 2011, nous nous rendions au Plateau, centre administratif de la capitale ivoirienne. A l’entrée de la commune (axe Attécoubé-Plateau, par la Carena), une longue file de véhicules indiquait qu’il y avait un embouteillage. Fait curieux à ce moment de la journée (10 heures) qui n’est pas en effet une heure de pointe. Serait-ce dû à un accident ? Renseignements pris, l’on nous a laissé entendre qu’il s’agissait de flots de supporters se rendant au stade Félix Houphouët Boigny, pour dit-on, assister à un match de football. C’était donc l’afflue de ces personnes, en partance pour assister au match, qui rendait la circulation difficile. Quel match de football en ce jour ouvrable, alors qu’aucun arrêt de travail n’a été décrété ? Poussant plus loin notre curiosité, nous avons finalement appris que les ministres d’Alassane Ouattara seront aux prises avec les membres de la fédération ivoirienne de football (FIF). L’homme, on le savait très doué en alpinisme. N’a-t-il pas réussi, en son temps, à escalader le mur qui séparait sa résidence de l’ambassade d’Allemagne? Mais de là, à le voir jouer au football… Pas mal pensé (?) pour un régime en pleine déconfiture. Après la douche froide des législatives et pendant que les populations crient un peu partout leur misère. Le prétexte d’un match de gala, pouvait-il sauver la face de ce régime acculé de tous parts ? Il a suffit de voir la une des journaux pro-Ouattara, au lendemain de ce fameux match pour y voir plus clair : Alassane Ouattara est à la recherche d’une popularité et d’une certaine légitimité que les ivoiriens lui ont depuis toujours refusé. Après son discours flatteur à l’occasion du nouvel an, le revoilà, cette fois sur le terrain du stade Félix Houphouët Boigny, applaudis par une horde ‘’d’adorateurs’’ surexcités.

Un adage africain dit si bien : « le tronc d’arbre aura beau duré dans l’eau, il ne deviendra jamais un caïman ».

Lire la suite

Alassane Ouattara, ce tronc d’arbre qui ne deviendra jamais caïman

DECORATION D'ADO.jpg

Dans la matinée du jeudi cinq janvier 2011, nous nous rendions au Plateau, centre administratif de la capitale ivoirienne. A l’entrée de la commune (axe Attécoubé-Plateau, par la Carena), une longue file de véhicules indiquait qu’il y avait un embouteillage. Fait curieux à ce moment de la journée (10 heures) qui n’est pas en effet une heure de pointe. Serait-ce dû à un accident ? Renseignements pris, l’on nous a laissé entendre qu’il s’agissait de flots de supporters  se rendant au stade Félix Houphouët Boigny, pour dit-on, assister à un match de football. C’était donc l’afflue de ces personnes, en partance pour assister au match, qui rendait la circulation difficile. Quel match de football en ce jour ouvrable, alors qu’aucun arrêt de travail n’a été décrété ? Poussant plus loin notre curiosité, nous avons finalement appris que les ministres d’Alassane Ouattara seront aux prises avec les membres de la fédération ivoirienne de football (FIF). L’homme, on le savait très doué en alpinisme. N’a-t-il pas réussi, en son temps,  à escalader le mur qui séparait sa résidence de l’ambassade d’Allemagne? Mais de là, à le voir jouer au football… Pas mal pensé (?) pour un régime en pleine déconfiture. Après la douche froide des législatives et pendant que les populations crient un peu partout leur misère. Le prétexte d’un match de gala, pouvait-il sauver la face de ce régime acculé de tous parts ? Il a suffit de voir la une des journaux pro-Ouattara, au lendemain de ce fameux match pour y voir plus clair : Alassane Ouattara est à la recherche d’une popularité et d’une certaine légitimité que les ivoiriens lui ont depuis toujours refusé. Après son discours flatteur à l’occasion du nouvel an, le revoilà, cette fois sur un terrain du stade Félix Houphouët Boigny, applaudis par une horde ‘’d’adorateurs’’ surexcités.

Lire la suite