topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

25/09/2012

Un énergumène appelé Zadi Djédjé

Zadi Djédjé, cet individu sorti de l’ombre, un de ces quatre matins, par le sieur Hamed Bakayoko, est – encore – sur son petit nuage.

Il y tient coûte que coûte, à ce rôle de faire-valoir du régime sur la route sinueuse de la paix et la réconciliation pré-tracée par Ouattara, nouvel homme fort d’un régime aux abois.


 

L’on découvre pour la première fois, le visage du personnage (Zadi Djédjé) dans une « photo de famille » à la Une d’une certaine presse, aux côtés d’Hamed Bakayoko, au sortir d’une rencontre dénommée : « Rencontre ministre de l’intérieur – jeunes patriotes pro-Gbagbo ».

Ce Zadi Djédjé dit être patriote. Avoir milité au sein de la galaxie patriotique dont le leader incontesté reste le « général » Blé Goudé Charles, aujourd’hui en exil. Et alors ?

Avoir « mangé de l’alloco », ou « jouer aux billes » avec Blé Goudé, confère-t-il à son requérant un droit absolu pour se réclamer du statut de Résistant ou de Patriote ? Nullement. Judas Iscariote, ce triste disciple qui a marché pendant plusieurs mois aux côtés de son maître Jésus, ne l’a-t-il pas trahi, livré à ses bourreaux, juste pour 30 pièces d’argent ?

Que Zadi Djédjé cesse donc de saouler les ivoiriens. Et qu’il mange – tranquillement – l’os que lui ont jeté les nouveaux tenants du pouvoir ivoirien. Que Zadi Djédjé – retenez ce triste nom – et son mouvement, coalition des jeunes patriotes pour la paix et la réconciliation (CJPPR), aillent s’asseoir aux pieds des ouattaristes pour se gaver des miettes, sous le prétexte de « s’inscrire dans le processus de réconciliation pour donner une chance à la paix et à l’unité nationale », n’engage qu’eux seuls. Ils en sont d’ailleurs libres. Et pourquoi – pendant qu’ils y sont – n’iraient-ils pas prendre - du coup - leurs cartes de militants du RDR ?

Mais qu’ils se targuent de se reconnaitre en Laurent Gbagbo est, tout simplement ridicule, voire scandaleux, pour qui sait et connait l’homme, Laurent Gbagbo. Car ces gens à qui ils tendent aujourd’hui la main, n’ont pas hésité, un seul instant d’attenter à la vie du Président Laurent Gbagbo, en complicité avec des forces étrangères. Ces gens aux noires desseins, n’ont pas hésité à le jeter en prison lui, sa famille, ses proches collaborateurs et tous ceux qui sont soupçonnés d’avoir été proches de lui. Non satisfaits, ces mêmes gens, nourrissent encore le vœu ardent de le voir croupir, pour le restant de ses jours, en prison à la CPI.

A bien y regarder, Zadi Djédjé et ses amis courent après autres choses, bien d’autres choses.

A preuve : au sortir de la conférence de presse que ce dernier a animé le lundi 24 septembre 2012 au Baron de Yopougon, il ressort – en réalité – que Zadi Djédjé se cherche une place au soleil, pour lui et ses copains, en ces temps difficiles de crise économique et de chômage galopant.

Quelques extraits de ses propos : « (…) Il est temps que vous vous ressaisissiez afin d’éviter d’écrire notre avenir au brouillon au risque de la retrouver à la poubelle » ; « Nous avons attendu plus d’un an de la part des leaders pro-Gbagbo. Nous n’avons rien vu venir comme feuille de route »… Comme vous pouvez le lire, Zadi ne parle que de lui et de ses amis. « Nous », « notre avenir », n’a-t-il cessé de répéter au cours de son intervention. Nous avions pensé que le Patriote, c’est celui qui aime et défend d’abord et avant tout son propre pays, avant de penser à lui-même.

N’en déplaise à notre Zadi qui s’est découvert un amour soudain pour « la paix » et « la réconciliation » aux côtés d’Alassane Ouattara. Ce Zadi Djédjé qui veut « donner une chance à la paix et à l’unité nationale » ignore-t-il dans quel pays et surtout en face de quel régime il est ?

Un régime qui refuse la contradiction, la critique ; qui emprisonne au moindre grognement ; qui nie les libertés individuelles et collectives ; qui fait l’apologie de l’injustice et de l’impunité ; qui fait du rattrapage ethnique et régional son leitmotiv ; qui chante « réconciliation » le jour, enlève et torture la nuit ; qui est en alliance, depuis le début avec les pires ennemis de l’Afrique… Peut-on se réclamer de Laurent Gbagbo et pactiser avec un tel régime ?

Certes la Côte d’Ivoire a besoin de paix et de réconciliation. Mais pas au prix que tu souhaites. N’est-ce pas Zadi, avec ton enthousiasme si déréglé pour la paix et la réconciliation ?

Marc Micael

Zemami1er@yahoo.fr

 

Les commentaires sont fermés.