topblog Ivoire blogs

25/06/2014

L’ÉTRANGLEUR DE YAMOUSSOUKRO

images - soro.jpgLa vie nous apprend qu’on est toujours rattrapé par son passé. Quel qu'il soit. Soro Guillaume n’échappe pas à cette loi.

Il aura beau essayer de troquer le treillis du chef rebelle, contre celui du sage et… innocent homme politique. Ses mains restent désespérément tâchées de sang. Même ses beaux discours sonnent creux et faux. Conséquence de son passé. Lourd et ténébreux, jonché de milliers de victimes. Un passé nauséabond, à faire suffoquer, comme le bouc et son odeur pestilentielle. A chaque fois qu’il apparaît ou qu’il passe, c’est le haut le corps. On se retient de vomir.

Ce n’est pas seulement parmi les ivoiriens. Qu’il a fait ses victimes. Le Lidec, ex ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, raconte comment il échappa, de justesse, à une mort atroce. C’était à Yamoussoukro, lors d’une rencontre avec le chef rebelle: « il (Soro Guillaume, ndlr) se précipita sur moi, ses mains en avant qu’il serra progressivement autour de mon cou. Je ne dus mon salut qu’à l’intervention efficace des ambassadeurs d’Espagne et d’Italie ».

Mais l’étrangleur de Yamoussoukro – c’est désormais ainsi qu’il convient de l’appeler - n’avait pas développé que des penchants d’assassin. Tout au long de sa triste carrière de chef rebelle, il recelait aussi, au plus profond de son âme noircie par la haine et la frustration, des comportements de psychopathe terroriste.

Le Lidec révèle : « il m’a demandé de préparer une camionnette bourrée d’armements et d’explosifs, de seulement lui indiquer le lieu où elle serait garée dans Abidjan et qu’il se chargerait du reste pour éliminer Gbagbo ».

Qu’en dites-vous ? Triste et Hallucinant tout ça ! Certainement. Mais il y a pire. C’est ce que retiendront les jeunes générations : que la Côte d’Ivoire est l’un des rares pays au monde, où un assassin, chef d’une rébellion armée, étrangleur et terroriste de surcroît, peut s’installer au perchoir et narguer impunément le monde entier.

 

Marc Micael

marcmicael@gmail.com