topblog Ivoire blogs

29/01/2013

La Résistance aux mains vides

 

Paroles Noires N°02

 

La Résistance aux mains vides

 

Après la « résistance aux mains nues »,

Voici la « résistance aux mains vides » :

 

Elle est entrée dans une noire colère,

Après que son chef eut-été kidnappé,

Elle décida de croiser le fer,

Contre son ennemi juré.

 

A défaut de se désister,

Elle se résolut à résister.

 

D’assurance, de confiance, de persévérance,

De patience,  de constance, de vaillance…,

Seulement, elle s’arma,

Oubliant l’essentiel,

S’en remettant, pour la victoire finale, au ciel,

Dans cette résistance au goût de plus en plus amer.

 

Mais « l’ennemi », calculateur et sans remords,

D’un rire fou, se tord,

Car elle n’a que le courage, le dévouement, le don de soi…, « la résistance ».

Face à son arsenal de guerre si sophistiqué,

Les mains bien vides  de « la résistance » !

Or, ce n’est pourtant pas si compliqué :

Une guerre ne se remporte pas qu’avec la seule volonté,

Il faut y adjoindre les moyens, matériels et financiers.

Elle doit s’y atteler si la victoire finale, « la résistance » veut remporter.

C’est à ce prix-là que de son sacrifice, de son abnégation…, elle pourra pleinement bénéficier

 

Il se tient donc les côtes « l’ennemi », face à cet adversaire sans sou,

Cette pauvre « résistance » qu’il est assuré de tenir en-dessous,

Car lui, sait qu’une guerre ne se fait pas sans grands moyens,

Et que, la fin justifie aussi les moyens.

 

A moins que « la résistance » ne se complaise dans cet état de précarité,

Ceux qui, en son sein, en ont, doivent aider ceux qui n’ont pas assez de moyens,

Les uns doivent mettre avec les autres ensemble, si maigres soient-ils, leurs moyens,

A défaut, elle doit rechercher et élaborer des stratégies pour dénicher les fonds nécessités.

 

C’est seulement à partir de là, qu’elle pourra remporter sa lutte, 

Qu’elle sera une « résistance » qui peut, sans oublier le reste, atteindre son but,

En se refusant de demeurer une « résistance aux mains vides »,

Armée, rien que de volonté, de paroles et d’écritures dont elle est avide,

 

Une « résistance » aux mains désespérément vides,

Prompte à laver en public ses habits sales,

À enfoncer ses propres enfants dans les profondeurs abyssales,

Les vouant, au moindre soupçon, aux gémonies,

Au grand bonheur de… son pire ennemi.

 

Paroles Noires

 

12/01/2013

Assièhoussou* !

 

Ahoussou-Dao2.jpg

 

Il était une fois en ouattarandie, au royaume de l’empereur Ouattara 1er,

Des ministres dont Ahoussou était le premier.

 

Mais Ahoussou n’était pas l’homme qu’il lui fallait.

Alors l’empereur le chassa sans vergogne du palais.

 

Ahoussou, ivre de rage,

Se retrancha aux confins de son village,

Fit des imprécations contre son monarque ingrat,

Pour qu’advienne que pourra !

 

Un jour, pris - peut-être - de remords,

L’empereur, Ouattara 1er rappela à ses côtés Ahoussou, le sujet banni

Le ressuscitant - du coup - du « séjour des morts ».

Ahoussou ne cracha pas sur ce « pain béni »,

Fut-ce, cette-fois, pour laver les assiettes à son mentor

 

Et, comme des chiens qui retournent à leurs vomissures,

Le monarque et son vassal ravalèrent leur dignité.

En ouattarandie, comme jadis, au royaume des tyrans patentés,

La lâcheté et la couardise, étaient sans commune mesure.

 

Ainsi, au royaume de l’empereur Ouattara 1er, des modèles comme Ahoussou,

Il y en avait, et le monarque les aimait.

Des gens encore plus passionnés par une cupidité sans égal

Que par une conviction en un quelconque idéal,

Des gens dont la foi vacille face à des sacs à sous,

Il les aimait.

 

Mais, oh calamité !

Ouattara 1er, le despote, aimait aussi répandre le sang avec une sauvage cruauté

C’était surtout l’un de ses extraordinaires « talents ».  

En fait, ce suzerain était dans son genre, un « génie » ambulant

 

Mais pas n’importe lequel des génies: un véritable assièhoussou* !

Là-bas, au pays des anciens, l’on dit toujours que tout ce que t’offre l’assièhoussou,

Il te le fera payer au prix fort, le moment venu.

Alors comme Ahoussou, nous voilà prévenus.

 

Paroles Noires

 

* génie maléfique (en langue baoulé)

19/12/2012

Paroles Noires

Bientôt…