topblog Ivoire blogs

29/02/2012

Exorciser le ‘’19 septembre 2002’’ de la Côte d’Ivoire Exorciser le ‘’19 septembre 2002’’ de la Côte d’Ivoire Exorciser le ‘’19 septembre 2002’’ de la Côte d’Ivoire

 

frci.jpg

La Cour Pénale Internationale (CPI), vient d’autoriser le Procureur à étendre ses enquêtes en Côte d’Ivoire sur la période allant du 19 septembre 2002 au 28 novembre 2010. Le fait serait passé inaperçu si  la date du 19 septembre 2002 ne revêtait pas tout un symbole pour ce pays et pour les ivoiriens. En effet, cette triste et tragique date reste, sans conteste, un point d’encrage important pour comprendre la longue et douloureuse crise que traverse ce pays.

Lire la suite

19/02/2012

Présidence de la CEDEAO ou l’histoire de la poutre et de la paille

dao CEDEAO YAO.jpg

« Alassane Ouattara prend la tête de la CEDEAO (…). Ouattara est désormais le président des présidents de l’Afrique de l’Ouest. C’est tout à l’honneur et au prestige de la Côte d’Ivoire certes ».

C’est avec ces termes élogieux que les partisans du « président reconnu par la communauté internationale », décrivent sa désignation à la tête de la Communauté Economique de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Les reportages des envoyés spéciaux à Abuja au Nigéria, les commentaires pompeux et les images diffusées, n’en finissent pas. Tous les médias d’Etat ont été mobilisés pour couvrir cet évènement qualifié d’exceptionnel et présenté comme « un retour de la Côte d’Ivoire au premier plan, dans le concert des Nations ». Et patati et patata.

Avec Alassane Ouattara, on est habitué à ce genre de tapage médiatique. On sait que l’homme a « la frime facile ». On reconnait qu’il aime les projecteurs et adore se faire dérouler le tapis rouge. N’a-t-il pas évincé d’un tour de bras, son premier Directeur de la RTI (Radiodiffusion Télévision Ivoirienne) lorsque celui-ci manqua de couvrir le retour d’un de ses intempestifs voyages ?

Alassane Ouattara président en exercice de la CEDEAO, c’est un fait. Mais l’ivoirien lambda, celui qui, chaque jour voit et vit les tristes réalités de son pays, s’interroge : « Et puis après » ? En d’autres termes, qu’est ce que cette présidence d’Alassane Ouattara apportera de mieux à son hypothétique quotidien ? D’autre part, qu’est ce que Ouattara pourra apporter de positif à la CEDEAO, alors que la Côte d’Ivoire, ce pays qu’il est censé diriger, sombre de jour en jour dans un abîme socio-politique ? Question simple et logique. L’occasion est alors belle pour citer ce célèbre proverbe à notre homme fraîchement bombardé président : « La charité bien ordonnée, commence par soi-même ». Une façon de dire en substance à Monsieur Ouattara : « Commence d’abord par régler la pagaille que toi et tes alliés avez jetée en Côte d’Ivoire, avant de prétendre te pencher sur ceux de la CEDEAO ».

Lire la suite

Alassane Ouattara et ses FRCI, fauteurs de troubles sociaux !

Afrontements Frci-populations.gif

Arrah, petite ville située dans la localité de Bongouanou a été le théâtre d’affrontements sanglants entre éléments des FRCI (Forces Républicaines de Côte d’Ivoire), l’armée d’Alassane Ouattara et la population locale. Bilan, une dizaine de morts et plusieurs blessés. Depuis ‘’l’invasion’’ des villes et villages de la Côte d’Ivoire, par ces hommes en armes, c’est de façon récurrente, que l’on assiste à des altercations tragiques entre populations civiles et éléments des FRCI. Les plus récentes sont celles de Vavoua (6 morts, plusieurs blessés) et de Sikensi (4 morts, plusieurs blessés). Il y a eu aussi de Lopou, Divo et plusieurs autres villes de l’intérieur qui ont certes vécues des évènements similaires, mais qui n’ont malheureusement pas bénéficiées de la même couverture médiatique. Il y a surtout Duékoué, où ces affrontements ont été particulièrement meurtriers au plus fort de la crise post-électorale.

Comment comprendre cet épineux problème devenu monnaie courante à travers tout le pays, dans nos villes et villages ? Un quotidien proche du régime Ouattara a cru y trouver une réponse, mais comme à son habitude, est complètement passé à côté de la plaque, en barrant à sa une : « Les pro-Gbagbo ont un plan diabolique : provoquer les FRCI et déstabiliser Ouattara ». A en croire ce canard, les affrontements à répétition entre FRCI et populations civiles, feraient partie d’un plan des proches de Laurent Gbagbo pour nuire au régime d’Alassane Ouattara. De la mauvaise foi tout simplement ! Cela n’est d’ailleurs pas surprenant, venant de ce quotidien laudateur en mission commandée pour son champion Alassane Ouattara. Cette honteuse sortie de ces défenseurs du nouveau régime a naturellement pour but de blanchir coûte que coûte, les protégés d’Alassane Ouattara dont l’image reste ternie par leurs nombreux dérapages. Elle vise aussi à jeter l’anathème sur les populations victimes des hommes de Ouattara.

Pour mieux comprendre ce phénomène, il est impératif d’aller à ses origines. Comme nous ne cessons de le préconiser à tous ceux qui aimeraient saisir le sens de la crise qui secoue depuis plusieurs années la Côte d’Ivoire, il faut aller rechercher les causes des faits à leurs sources.

Lire la suite

15/01/2012

Nageurs, les ivoiriens voient votre dos !

Sarkozy-et-son-copain-Ouat-300x176.jpg

Le continent africain a connu, certes des taux d’analphabétisme jamais égalés. Certains individus mal intentionnés, passés maîtres dans l’art de la démagogie, ont cru opportun d’exploiter cette situation à leurs fins égoïstes. Mais ça, c’était il y a longtemps. Aux temps des ‘’soleils des indépendances’’ ou des ‘’indépendances tcha tcha tcha’’. Nous sommes aujourd’hui à l’ère des NTIC. Et les africains sont maintenant assez mâtures. Les discours grandiloquents, les actions d’éclats et les petits complots malsains ne suffisent plus pour berner le peuple. En Côte d’Ivoire, il se trouvera toujours des hommes et des femmes lucides pour éluder les machinations honteuses des comploteurs alliés aux prédateurs occidentaux. Les tenants actuels du pouvoir continuent de l’apprendre à leurs dépends. Ils ont voulu nager à notre insu. Manque de pot pour eux, leur dos a été vu et les ivoiriens dans leur ensemble en ont été alertés.

Lire la suite

12/01/2012

Côte d’Ivoire, encore une autre victime de la traque aux pro-Gbagbo

 

Bohoun Bouabré 2.jpg

Bohoun Bouabré est décédé. La nouvelle de son décès vient une fois encore raviver les douleurs de nos cœurs déjà et tant meurtris. La Côte d’Ivoire continue de pleurer ses fils. Hier, Emile Boga Doudou, Désiré Tagro…, aujourd’hui Paul-Antoine Bohoun Bouabré.

Cause du décès : une grave insuffisance rénale qui a fini par l’emporter, faute de moyens financiers. Contexte du décès: forcé à l’exil du fait de la crise post-électorale qui a vu la prise du pouvoir par Alassane Ouattara, soutenu par les forces franco-onusiennes. Après, il s’en est suivie une vaste campagne de traque aux pro-Gbagbo et son corolaire d’exécutions sommaires, d’arrestations arbitraires, d’emprisonnements massifs, de mandats d’arrêts intempestifs, de gels iniques d’avoirs et de têtes mises à prix par le régime Ouattara.

Pourtant, Bohoun Bouabré avait sollicité, en son temps, auprès de l’Etat ivoirien, à travers des émissaires le dégel de ses avoirs pour pouvoir se faire traiter. Sinon, une prise en charge médicale par l’Etat ivoirien dirigé par Alassane Ouattara. Réponse : Niet ! Niet ! Niet !, « qu’il crève !», a semblé dire Alassane Ouattara aux émissaires de Bohoun Bouabré.

Lire la suite

09/01/2012

Alassane Ouattara, ce tronc d’arbre qui ne deviendra jamais caïman

alassane-ouattara2-300x190.jpg

Dans la matinée du jeudi cinq janvier 2011, nous nous rendions au Plateau, centre administratif de la capitale ivoirienne. A l’entrée de la commune (axe Attécoubé-Plateau, par la Carena), une longue file de véhicules indiquait qu’il y avait un embouteillage. Fait curieux à ce moment de la journée (10 heures) qui n’est pas en effet une heure de pointe. Serait-ce dû à un accident ? Renseignements pris, l’on nous a laissé entendre qu’il s’agissait de flots de supporters se rendant au stade Félix Houphouët Boigny, pour dit-on, assister à un match de football. C’était donc l’afflue de ces personnes, en partance pour assister au match, qui rendait la circulation difficile. Quel match de football en ce jour ouvrable, alors qu’aucun arrêt de travail n’a été décrété ? Poussant plus loin notre curiosité, nous avons finalement appris que les ministres d’Alassane Ouattara seront aux prises avec les membres de la fédération ivoirienne de football (FIF). L’homme, on le savait très doué en alpinisme. N’a-t-il pas réussi, en son temps, à escalader le mur qui séparait sa résidence de l’ambassade d’Allemagne? Mais de là, à le voir jouer au football… Pas mal pensé (?) pour un régime en pleine déconfiture. Après la douche froide des législatives et pendant que les populations crient un peu partout leur misère. Le prétexte d’un match de gala, pouvait-il sauver la face de ce régime acculé de tous parts ? Il a suffit de voir la une des journaux pro-Ouattara, au lendemain de ce fameux match pour y voir plus clair : Alassane Ouattara est à la recherche d’une popularité et d’une certaine légitimité que les ivoiriens lui ont depuis toujours refusé. Après son discours flatteur à l’occasion du nouvel an, le revoilà, cette fois sur le terrain du stade Félix Houphouët Boigny, applaudis par une horde ‘’d’adorateurs’’ surexcités.

Un adage africain dit si bien : « le tronc d’arbre aura beau duré dans l’eau, il ne deviendra jamais un caïman ».

Lire la suite

29/12/2011

Quand s’achèvera l’illusion de ‘’la perle des lumières’’…

Abidjan Lumières.jpg

Depuis peu, Abidjan est devenue ‘’la ville lumière’’. Abidjan ‘’la perle des lumières’’ ! Faut le voir pour y croire. Une ville, sinon une commune, notamment celle du Plateau, truffée de jeux de lumières multicolores. De nuit, la ville brille de mille feux et fait presque rêver ! Et pourtant…

Lire la suite